mes basses, atelier JBC, par Jihef bassiste
 
 

    Voici les BASSES que j'utilise aujourd'hui en concert, jam et studio.

    Chacune a un manche fin, plat et double octave (24 cases).

    Elles ont un profil de type Jazz-Bass améliorées ou customisées.

    Elles sont très légères
et équipées de micros passifs de type jazz-bass.
    Une amplification large bande est nécessaire pour un son HD de haute qualité
.
 
 

        JBC Fretless tritone      BASSE PASSIVE (depuis 2004)

        
JBC SR4 tritone           BASSE ACTIVE (depuis 2001)

        
JBC SR3 tritone             BASSE ACTIVE (depuis 2015)

        
SR5 - 5 cordes             BASSE ACTIVE (depuis 2019)
 
 
        La Fretless Guild B302-F que j'ai utilisé entre 1979 et 2004, ne répond pas
        aux critères indiqués, mais doit subir une transformation radicale en 2021.

 
 
 
 JBC Fretless bear                   (2004-2017)



J’essaie toujours un instrument, d'abord sans le brancher: en 10 minutes, je vois ses défauts et qualités et je sais ce qu'il vaut musicalement:
  sa résonance est le reflet de sa musicalité et on perçoit toutes ses vibrations (acoustique sonore, harmoniques et transmises dans bras et corps),
  ainsi que toutes les vibrations parasites (mauvais réglages, défauts, frisures, manque de sustain, justesse)... test ultime des musiciens-luthiers.

Le reste, pour le son électrique, est électronique (micros, préamp, équa,), connecté sur un bon ampli & HP et un bon toucher: c'est le 2e test
  où je vérifie si la dynamique des micros restitue bien les nuances de jeu, la clarté des harmoniques, la tenue du sustain, la précision des réglages
  et la qualité sonore électrique. Si le son est terne, alors je repose l'instrument aux oubliettes.
 
En 2004 à Orléans (merci à Fred Lelaidier - guitariste), j'ai acheté neuve cette basse fretless qui sonnait bien, afin de  débrider cette asiatique
 
 en la customisant intelligemment, sans se presser, avec le temps. Elle est très proche d'une Jazz-bass Fandar, version légère.
   Sur la touche sans barrettes, juste des lignes incrustées, repères marquant l'emplacement de frettes virtuelles.

   La basse fretless, de type Jazz-Bass, avant d'être transformée, avec micros et chevalet ordinaires d'origine, à 450 € neuve :

 
En avril 2007, j'ai enfin remplacé le chevalet, la pièce maîtresse du sustain (contact entre cordes et corps) par un
 chevalet Schaller 3D Bass Bridge permettant de régler le pitch (écart entre les cordes) à 15 mm (au lieu de 19mm): un rêve de jeunesse.
 Je n'aime pas les manches larges et ronds: ils n'ont aucun confort et sont injouables sauf en jeu pépère basique.
 Les cordes espacées à 15 mm sur un manche fin et plat, c'est hyper confortable: idéal pour mes doigts fins et agiles.
 
Avec le temps, j'ai testé une dizaine de micros de type Jazz-Bass pour finalement rester (12.2017) sur 2 Simples bob CREL JB42... excellents.
Autres améliorations réalisées: planimétrie de la touche, finition de la touche, rampe en tilleul, réglages précis, cordes demi-rondes 045-100

Elle entre dès 2008 dans la collection des basses custom, c'est la JBC Fretless bear, avec ses 3 griffures blanches et son 3e œil.
 
basse fretless Jihef
  chevalet réglable en 3D, micros Simples bobinages Crel et cordes
demi-rondes Daddario ENR71 (voir plus bas).
   
JBC Fretless tritone         depuis janvier 2018

  Transformée en Janvier 2018 pour plus de légèreté, un troisième micro et une finition bois natu
rel, à l'atelier JBC.
  Un traitement
a été appliqué pour donner cet aspect naturel à l'aulne (le bois des Jazz-Bass et autre stratocastor),
   adieu vernis, pour un toucher bois naturel chaleureux, avec une protection à base de cire pour un aspect satiné révélant le veinage.
  Un corps en aulne est toujours constitué de 3 lattes entre-collées: la partie centrale passe sous le manche, les micros et le chevalet
    pour garantir la transmission de la résonance dans le bois, appelé le sustain, la tenue du son dans la durée, essentiellement musical.


  Électriquement, j'ai rajouté un
3e micro avec un switch permettant 7 combinaisons pour une palette sonore top pour fretless,
  ... plus Compresseur/Equa/Reverb sur un ampli combo markbass, ça sonne vraiment très bien: clair, chaud, feutré et chantant, le son qui tue !
 
  Avec 
2 micros simples bobinages CREL JB42 et 1 humbucker DiMarzio DP123, chevalet Schaller 3D Bass Bridge (pitch 15mm),
   avec un blindage par cage de Faraday en cuivre, 2 rampes en tilleul, cordes demi-rondes 045-1
00, réglages précis.

  Le corps a été décapé, affiné de 1,5 mm sur chaque face. Les "cornes" sont resculptées, celle du bas avec un large échancrure
    pour un accès très confortable aux notes les plus aiguës. La basse devient très légère, sans altération du son.
  Pour le manche, il est affiné en épaisseur, en forme de trapézoïdale, plus fin sous la corde sol pour un confort unique.
  Planimétrie de la touche afin que les toutes notes puissent sonner et chanter, avec une attaque précise, moelleuse et un long sustain
    chantant dans les médiums de 400 à 2000 Hz, centre du spectre ou bande passante.

  Le switch noir à 3 positions permet de choisir le micro aigu:  simple Crel / les 2 / humbucker DiMarzio - pour moi, config top !
  Le micro manche grave Crel (français) se dose avec son volume, souvent au minimum, parfois à 7/10 pour apporter plus de rondeur.

  Je fait mon son à partir du micro aigu, en renforçant bien l'infra-grave vers 50/80Hz par l’équa infra-grave 40Hz de l'ampli,
   sinon avec un vrai Equa Paramétrique réglé sur 50 Hz, Q: 4, boost + 9 dB: je peux faire ça sur le Zoom G5N ou mes 2 amplis Markbass.
  Avec un compresseur en rack bien réglé (ou le compr. rack du G5N), le son est rond, chaud et punchy: le grave moelleux,
    le bas-médium dynamique, le médium bien défini, le haut-médium chantant (présence) et les aigus fins et définis mais discrets.
  Le potar Tone passif permet de doser le côté chantant du son: réglé à 6/10, ça donne un son plus feutré, plus chaud, très Jazz-Bass.
 
Jihef fretless bass 2017
 
Jihef fretless bass 2017
Fretless hyper légère, très confortable, sensuelle au toucher, excellent sustain, 3 micros Top, un son exceptionnel
 
  Ma référence fretless: Gary Willis, bassiste killer de Tribal Tech  >   vidéo live 1     vidéo live in Israël 1995
  > vidéos sur Gary Willis:  live seul Gary Willis en 2015technique de Gary Willis jeune (durée 58 min), approche de Gary Willis en 2019.
 


 
  
Conseils sur les cordes pour Basse Fretless (et basse frettées):

  J'ai toujours placé des cordes filets DEMI-RONDs (
Half round) sur mes basses fretless, des D'addario ENR71 tirants 045-100 à 40 €.
  Je l'ai vite compris en 1980: en moins de 12 mois, les cordes normales (filets ronds) ont rayé, strié la touche de ma première fretless.
  Un fois la touche striée, la fretless perd la précision dans le toucher et elle ne chante plus: il faut faire une planimétrie de la touche (100/150 €).
 
  Les cordes filets ronds neuves ont du sustain et des aigus mais sonnent très métalliques, obligeant à régler/corriger l'ampli (présence à 2,5 kHz).
 
  Avec les
filets plats, le son est bien plus chaud mais manque de sustain (tenue dans la durée des notes), avec peu d'aigus.

  Les cordes de type semi-rond ou Half round sont un bon compromis: chaleur et sustain, sans clinquant métallique, sans présence excessive.
  Elles ne rayent pas la touche d'une fretless comme le font les cordes filets RONDS (Round wound) qui marquent grave le palissandre:
   en moins d'un an, la fretless ne chante plus au cause du contact corde/bois devenu imprécis > une planimétrie de touche devient indispensable.
  Sur une basse frettée, les demi-ronds marquent bien moins les frettes que les filets ronds, atténuant aussi les frises indésirables.
  Mais il faut 7/15 jours de jeu pour être Top: au début, elles accrochent un peu les empreintes (main gauche) quand on presse fort dessus.
  Avec les filets demi-ronds, le bruit des doigts (main gauche) est bien atténué.

  Les cordes polies à
 filets plats (Flat wound) manque de clarté (présence), elles donnent ce son rond mat et vintage, typique des années 60,
     comme dans les albums des Beatles et ceux de la Motown (soul): trop sourd, trop kitch, groovy.
   Pour moi, elles manquent de définition et de sustain.
   Mais elles sont intéressantes sur une deuxième basse, fretless ou non, justement pour ce son vintage et kitch des 60's.
   Leur gros avantage est qu'on entend pas le déplacement des doigts main gauche, les "couic et zip": fini les grincements !

  > Une exception: dans l'excellent l'album "Gazeuse" de Gong (1976), Francis Moze (bassiste français) utilise des cordes filets plats sur fretless
     et ça sonne vraiment super avec les marimbas (jazz-rock prog) et Allan Holdsworth (guitariste génial): on sent ce son grave, chaud et mat.
 
  Il est important de bien nettoyer la touche d'une fretless et
les cordes, après avoir joué, avec 1 chiffon de ménage (1 par housse):
   éliminer les traces des doigts (gras) sur la touche et sous les cordes afin qu'une fretless puisse chanter en permanence (mélodies et lead),
   pour conserver une excellente définition.

  
Passer les doigts sous les cordes donnera une idée précise de l'état des cordes, si elles sont ou non encrassées (valable aussi pour guitares).
  Sur une fretless, c'est moins évident car les cordes ne sont pas marquées, abimées sans les frettes.
  Sur une frettée, le jeu en slap (très appuyé) marque le dessous des cordes, provoquant une usure rapide... A changer tous les 3 mois.

  Les cordes de fretless (filets demi-ronds et filets plats) s'usent peu mais pensez à les changer tous les 3/5 ans.
  Les cordes filets ronds
devront être changées au pire tous les 12 mois, elles perdent rapidement en aigus, en harmoniques et donc en présence.
  Mais les cordes qui ne sont pas nettoyées et qui sont jouées avec des doigts sales ou gras, moites ou humides, pourrissent très vite.
  Toujours se laver les mains avant de jouer, surtout sur une basse fretless !  Penser à nettoyer les cordes et la touche en fin de jeu.
 


 
 
JBC SR4
          (03.2001)     custom 2008-2017 
 
Cette basse, digne d'une Jazz-bass améliorée avec un excellent préampli + équaliseur 3 bandes, me suit depuis mars 2001.
Elle a subi quelques transformations notable
s entre 2008 et 2017 avant de devenir une basse JBC custom.
C'est le manche le plus fin et plat, à ma connaissance, d'un confort de jeu incomparable.
Elle provient de la géniale série SR, origine SR400 à 4500 F en 2001: j’ai bien kiffé sur cette basse au superbe son.
Avec le temps, j'ai voulu la transformer, la customiser pour un SON plus personnel et un confort unique.
 

 
En novembre 2008, j'ai changé le chevalet d'origine par 4 chevalets individuels AMB avec 15mm entre cordes,
   avec les cordes décentrées du manche. U
ne planimétrie des frettes était nécessaire; j'ai rajouté 2 rampes en tilleul.

J'ai remplacé le micro chevalet par un micro humbucker à 4 bobinages DiMarzio DP123 model J  (j'en ai 2 depuis 1980
).
   J'adore ce son Jazz-bass, médium, punchy et vintage 70 qui, comme Wilkinson, offre un son précis et neutre qu'il faut réchauffer
    avec beaucoup de graves (booster 50/100 Hz).  
   C'est un micro chantant fait pour le punch, pour un son Jeff Berlin  lien 2  mais pas que:  le son Jazz-bass 70 de Richard Sinclair
    bassiste d' Hatfield & the North et Caravan: 2 bassistes qui m'ont aidé à construire mon oreille de musicien et ma culture jazz-rock prog.

 

2017 SR4 en 2017 avec l’œil qui entend tout
 

 SR4 blonde
 JBC SR4 blonde         (mars 2018)
 
En 2018, je l'ai transformée et affinée pour lui donner
un aspect bois naturel, révélant le veinage du frêne.
Le corps, affiné de 3 mm, la basse est plus légère.
Le manche a été affiné de 2 mm en épaisseur.
 
Une combinaison de 2 micros différents:
côté bridge, un Humbucker crème DP123 à 4 bobines
côté manche, un Simple bobinage noir "Precision Bass" splitté en 2.
 
Le potar de balance entre les micros (tone palette),
combiné à l'équaliseur 3 bandes, offre une bonne palette
de sons superbes et chauds, excellent préampli.
La pile 9v. dure jusqu'à 4 ans.
 
Un cage de Faraday en alu pour moins de bruits/buzz.
 
Cette basse a un son chaud et légèrement feutré,
non métallique, super agréable à jouer.

 

        - corps en frêne léger, manche fin et plat en érable, manche affiné en trapézoïdal (très confortable, en 2018), frettes medium, touche palissandre
 
        - micro aigu DiMarzio DP123 (Humb 4 bob)      - micro noir : Simple bobinage Precision (splitté en 2 parties)
 
        - préamp + equa x3 + sound palette                - cage de Faraday complète en alu
 
        - cordes décentrées du manche vers Sol   
     - 4 chevalets individuels, espacés collés pour un pitch de 15 mm entre cordes
 
        - réglages précis, intonation des frettes            - 2 rampes en tilleul pour reposer le pouce (main droite)
 
        - cordes souples 040-095 filets ronds             - finition: naturelle, blonde cirée (sans vernis à ongle), entretien régulier nécessaire (comme une femme).

 

                                                      dernière customisation en 2021
JBC SR4 tritone     (13 février 2021)
 
Début 2021, j'ai eu envie de tester un pavé légendaire, celui
 qu'on voit sur les basses Music Man. Bien sûr, je ne suis pas
 tombé dans le panneau d'un micro USA pour engraisser les
 trumpistes, ni les teutons bouffeurs de saucisses industrielles
 car le micro Delano est à 180 € au plus bas, trop cher mon fils !
 
J'ai choisi un pavé sud coréen débridé Roswell M4JS réputé,
 combinant la puissance Music Man et le grain Jazz-Bass, plus fin.
C'est un Humbucker alnico 5, avec 4 conducteurs, splittable
 donc en 2 Simples, pour 3 grains bien distincts et superbes.
 
En Humbucker, le M4JS est puissant avec des médiums présents
 et bien définis, beaucoup du caractère et des aigus doux et feutrés.
Super SON très précis, défini et chaud avec du punch, j'adore !
 
En Simple, les bobines sont moins puissantes (normal) mais
 délivrent des aigus plus présents et définis, avec un son chaud
 côté JB (bipolaire), plus sec côté MM (gros plots): il suffit de
 compenser le volume pour obtenir un super son bien défini.
 
Ajouté un switch 3 positions  Simple 1 / Humb / Simple 2
 pour 7 sons de basse, avec le micro "Precision Bass" central.


JBC SR3 tritone          (02.2015, custom 01.2018)
 
- corps effilé en agathis (essence d'extrême orient) ave
c une forme fine au galbe idéal, très légère, pour un poids total 3,2 kg
 
- manche fin et plat,      finitions frettes confort,       intonation et réglages précis,       rampes en tilleul,        réglage des cordes en action basse
 
- Janvier 2018, transformation en Tritone: rajout d'un
3e micro, un simple bobinage Bartolini 9J-L1  en plus des 2 Humbuckers Cap
 
- au total, 7 combinaisons de micros par switch 3 positions On/On/On pour choisir/combiner les 2 micros aigus et
   par potar balance (sound palette) pour doser avec ou sans le micro manche, plus chaud et rond, terrible !
 
- 4 chevalets individuels pour un long sustain (pitch 15 mm),   réglages,   cordes filets ronds  040-060-075-095 (souple)
 
- cordes légèrement décentrées du manche pour un confort de jeu accru,       préampli moderne + Equa
3 bandes
 
JBC SR3 2018
2 Humbuckers et 1 simple bobinage Bartolini 9J-L1 céramique pour des aigus plus francs, switch pour choisir/combiner les 2 micros aigus.
Une palette sonore énorme pour une polyvalence incroyable au son plus clair et brillant dû au préampli plus moderne, comme sur SR5.
JBC SR3 tritone - Live 27.11.2018


 SR5  sunburst        5 cordes        21.02.2019


- corps effilé au galbe idéal, en érable massif. Poids total 3,9 kg, pour moi c'est déjà un peu lourd.
- manche en érable/noyer 5 pièces, 24 cases, fin (45 mm) et plat (19,5 mm), touche en palissandre clair.
- chevalet massif (gage de sustain) avec un espacement entre cordes de 16,5 mm, super.
- jeu de cordes filets ronds : jeu au tirant light normal  045-065-085-105-130.
- 2 micros Humbucker PS-DC, splitables en Simple bobinage pour un son à plus large spectre.
- léger déséquilibre, manche un peu lourd: une sangle large en cuir épais brut est utile pour une bonne tenue sur l'épaule, sans glisser.
 
              SR5 basse 5 cordes
Le chevalet massif 5 cordes est d'origine,
 2 micros humbucker PS-DC d'origine,
 rajout d'un cale en latex entre les micros
 et changement de 2 boutons de potars
,
 power tap switch 3 positions Simple/Humb./Parallèle,
 sound palette (potar balance),
 volume et équa "EQ ICE" 3 bandes
 préampli moderne pour un son clair et brillant
  du en partie au corps en érable massif.
 
Elle n'a pas encore été victime de customisation,
 il faut suffisamment de recul avant de la transformer.
 
Le vernis nitrocellulosique, c'est bien joli mais c'est
 une horreur à entretenir: il y a toujours des traces.
Pour moi, ça n'apporte rien au son: au contraire,
 le vernis est un étouffeur de sustain, comme tout
 vernis épais de plus de 0,4 mm.
Avantages: ça protège et c'est esthétique.
Seul le vernis au tampon ne réduit pas la résonance.
Plus tard, j'enlèverai ce vernis.
 
Une basse 5 cordes est moins confortable qu'une
 4 cordes, par les dimensions du manche et le poids,
 même si cette 5 cordes est fine et agréable à jouer.
Une 5 cordes modifie la position de la main gauche
 pour jouer les riffs et plans qu'on sait déjà jouer.
Un temps d'adaptation est nécessaire pour pouvoir
 courir sur le manche avec aisance.

combinaison d'un corps en érable massif, d'un manche érable et d'un chevalet massif... un son clair et brillant avec un excellent sustain
 
SR5
Exceptionnellement, c'est la seule basse que j'ai commandée par internet: je préfère essayer une basse avant de l'acheter !
 



 
  Attention: la basse qui suit sort du cadre des basses "24 cases, confortables et légères".

  Cette basse Guild B302-F m'a accompagné durant 25 ans, de 1979 à 2004, c'est ma première basse fretless pour le jazz, la fusion et le prog.
  Commandée aux usa par l'intermédiaire de l'importateur/magasin, donc je n'ai pu l'essayer avant, diantre.
  En 1981, j'ai fait rajouter par Lag (luthier à Toulouse) 2 micros de type Jazz-bass DiMarzio DP123 model J, pour obtenir le son Jaco et Jeff Berlin.
  Ses gros défauts: son poids et son déséquilibre !   Aussi en 2004, ma  Fretless bear  l'a remplacé pour sa légèreté et son confort de jeu.
 
  Cette Guild sera bientôt retaillée, allégée, transformée, customisée et relookée au JBC en 2021 (ou 2022) pour revenir
    dans mon set de basses de scènes car elle a vraiment de super sons (fretless et contre-basse électroacoustique).

 
 Guild B302-F         (1979-2004)
 

 
   Guild B302F custom

  Malgré ses défauts, quel plaisir de ressortir ma première fretless, chèrement acquise en novembre 1979, elle sonne !

  Customisée en 1980 par le rajout de 2 micros humbuckers (aimants céramique) DP123 (en beige sur la photo).
  Les micros d'origine Guild P90 sonnent très bien, très chaud et roots !
     mais ils ne peuvent pas donner ce son Jazz-bass si convoité après avoir entendu le son et le toucher de Jaco et de Jeff Berlin.
     De plus, il y avait la place, au bon endroit > c'est le micro "bridge" qui devient le micro principal.

  - corps en acajou massif (souvent c'est lourd ou très lourd)
  - manche collé en acajou 3 pièces, touche en rosewood (palissandre)
  - chevalet avec pontets à rouleau, à espacement variable: réglé sur 17 mm
  - jeu de cordes filets demi-ronds   Daddario ENR71 - tirants 045-065-080-100 (depuis 1980)
  - en 2017: 2 micros Guild P90 Alnico-5 et 1 micro Wilkinson WOJB, simple bobinage, aimant céramique (coté bridge).
  - custom: électronique passive avec 6 switches supplémentaires.
  - sangle large en cuir brut et épais: pour maintenir la basse, le manche en l'air, sans glisser vers le bas.
  - superbe clés Schaller, massives mais lourdes...
  - poids total 4,7 kg > c'est trop lourd: le manche est lourd et déséquilibre la basse, c'est son gros défaut.

  ... vivement que l'atelier JBC la transforme !

 

  

 




  MES BASS' INFLUENCES:
 
  Les 2
bassistes qui m'ont le plus marqué par leur jeu, leur toucher, leur son et leur créativité:
   Jeff Berlin
(jazz-rock), le bassiste que je suis depuis 1977 (avec Bill Bruford, mon batteur préféré) et
   Gary Willis (fusion prog), basse fretless que je suis depuis 1984, avec Tribal Tech et Scott Henderson.

  Avant eux, Jaco Pastorius , génial innovateur, bassiste de Weather Report (jazz-rock 1976),
    Richard Sinclair bassiste et chanteur (Hatfield & the north, prog british 1973),
    Marcus Miller qui a su réinventer le slap basse et le funky lead bass (funk jazz groove 90'),
    et Chris Squire pour son énergie et son jeu au médiator (Yes 1971).
   Ce sont des bassistes avec un jeu très personnel et identifiables, et ils jouent aussi sur basse Fretless.
 
  Leur point commun:
       une présence dynamique avec cette permanence d'habiter leur jeu d'un caractère personnel et d'un toucher/son reconnaissable
       avec une grande musicalité qui me touche.

  J'ai étudié leur approche du jeu, du toucher et du son, pour en faire une utilisation personnelle. Je n'ai pas la prétention de jouer comme eux.
  On peut sentir l'esprit de ces bassistes dans mon jeu personnel, plein d'énergie et rempli de variations, avec mon oreille musicale particulière,
   pour développer ma propre créativité, ma vraie raison de jouer avec présence et intensité.
  

 


 
 
JBC
 


Jihef & JBC © dépôt légal 03.2015, 2019, 2021- photos Jo Nice - MAJ : 05.06.2021




.

 ACCUEIL

 

JBC    BASSES électriques JBC



 ACCUEIL