Les interviews de Sam Troulku  -  collection "entrevues sortant des sentiers battus"
 ACCUEIL
               JIHEF - compositeur et ingénieur du son
    


 
- SAM: Comment qualifier ta démarche de compositeur sur le plan créatif ?
 
- JIHEF: La première période 1981-1998 a été un long cycle d'expérimentations sur les climats et
               les ambiances dont on retrouve la force dans les musiques de film et les génériques.
               C'est une période riche en recherches, de travail sur le son, de maîtrise, nécessaire
               à l'élaboration de ma personnalité musicale. Travail sur l'arrangement aussi.
               A cette époque, mon nom d'artiste était J. Vertuchou.
 
             La deuxième période 1998-2005 est celle de la personnalité musicale
               J'intègre beaucoup plus les instruments électriques et acoustiques.
               Donc c'est un travail d'interprétation et de maîtrise du son des instruments.
               Les solos de guitares sont plus originaux avec un son plus fin mais puissant.
               J'utilise aussi plusieurs basses simultanées, dont une mélodique ou soliste.
               La virtuosité et le lyrisme s'installent avec des phrasés plus enlevés.
               Les compositions sont plus abouties, elles me ressemblent plus.
               Le jazz-rock, le rock progressif, les influences tribales s'expriment sans retenue.
               Les arrangements deviennent plus sobres et plus efficaces.
               Le son frise la perfection, tel qu'il doit être, équilibré, fin et profond.
             En fait, c'est un long cheminement qui représente plus de 40 ans de travail, de
               recherches permanentes dont je cueille les fruits depuis 2005.

  
- SAM: Où vas-tu chercher toutes tes idées, où puises-tu ton inspiration ?
 
- JIHEF: Question pas simple !
             Ce qui me fait vibrer, c'est la combinaison des harmonies originales avec les concepts
               sonores, rythmiques et timbraux, déviés dans des styles fusionnant modernisme et
               musiques tribales: nous sommes au cœur du jazz-rock et des fusions créatives.
             J'adore la musique vivante et créative, qui change, qui module et qui surprend.
             Frank Zappa m'a beaucoup apporté et influencé, surtout la période 1973-78.
             Une composition: c'est comme un film, un scénario, une histoire ou un voyage.
             Il y a l'harmonie et la mélodie qui apportent l'émotion, le rythme (plus physique) et
               le climat ou état d'esprit ... qui peuvent évoluer individuellement ou ensemble.
             Pour moi, chaque composition est un monde qui doit être unique.
             C'est une sorte d'auto-motivation qui se régénère dans l'expérimentation.
             Depuis 1989, je ne souffre plus de "panne" d'inspiration...
              mais je dois avouer que l'origine principale des idées trouve sa source dans mon
              imagination et mon oreille intérieure... étayés par une culture musicale très large
              et un refus de complaisance artistique, un rejet de la facilité de plaire à tous.
             Merci à Allan Holdsworth qui m'a conforté à puiser en moi l'originalité, sans tomber
              dans le "à la manière de" comme le font tous les musiciens que je côtoie, sauf de
              très rares exceptions, malheureusement pour moi.
             Même un pote guitariste de talent, manque cruellement de personnalité dans sa
              musique, dans ses compos et aussi dans son son, classique et aseptisé.
              Il aime se conforter dans le classicisme en croyant plaire à tout le monde, quelle erreur.
              Il en impose trop et écrase les autres: c'est récurent et en concert, il est démonstratif
              et joue trop fort. Il ne sait pas écouter et quand il le fait, c'est toujours en se référant
              à son passif et à ses valeurs, attitude trop égocentrique... même en jam !
              Donc sa créativité est très limitée malgré sa grande gentillesse et son esprit d'ado attardé.
              Il est le seul à ne pas le voir et ne veut surtout pas le savoir: les musiciens ne sont pas
              dupes car cela saute aux yeux. Je l'aime bien malgré ses défauts qui l'étouffent.
             Aujourd'hui, j'écoute très peu de musique et je m'ennuie grave aux concerts sauf celui
              de Snarky Puppy en 2015 au Bikini, et celui de Céline Bonacina trio en 2020 à Gaillac.
 
 
- SAM: Pourquoi n'entend-on pas tes compositions en concert ?
 
- JIHEF:  D'abord, mes compos sont trop complexes à jouer sur scène et j'aurai du mal à trouver
              des compères pour les interprèter. Je n'ai pas envie de les diminuer avec des musiciens
              qui n'ont pas un état d'esprit ouvert sur la fusion et la créativité, c'est hyper rare.
             Pourtant, il suffirait de pas grand chose pour que cela soit possible sur mes créations
              de 2016 que j'ai composées pour un trio virtuel en attendant le jour où ...
             En fin 2020, j'ai créé le trio TriGen, trio libre et ouvert (c'est rare) où je peux placer
              enfin mes compos, où je guide mes comparses en leur laissant beaucoup de liberté
              malgré leur manque de travail musical de musicien amateur qui ne se la pètent pas.
             Les musiciens pro, pour la plupart, sont bien moins ouverts/créatifs et bien plus pédants.
 
 
- SAM: Tu utilises aussi les "machines" pour les musiques plus actuelles (électro, jungle) ?
 
- JIHEF: Les séquenceurs des 70's, les vocoders, les synthés vintages et autres boites
               à rythmes sont des outils modernes qui ont marqués les expérimentateurs et
               sorciers sonores inspirés (Todd Rundgren, Jan Hammer - période 70's only).
               Les outils ont terriblement évolués grâce aux ordinateurs. Il en existe beaucoup
               sous forme logicielle, j'en ai sélectionné quelques uns parmi des dizaines pour
               leurs qualités complémentaires.
               - Reason remporte la palme pour sa puissance et son autonomie, très complet.
                   Je l'utilise dans " Jungle Jo " et dans "Celebration".
               - Absynth est un synthé spatial virtuel, puissant et original  (" Absolutely space ").
               - FM7 et Pro-52 sont des clones réussis du DX7 et du Prophet 5, et même améliorés.
               - N.I. Battery est un superbe sampleur de sons de batterie  (" Hike.
               - Orange Vocoder, les GRM-Tools sont de bons outils.
             En fait, je préfère combiner les machines avec les sons des instruments acoustiques
               ou électriques, le mélange des timbres est très intéressant, plus raffiné
               ("Prophet song ", " Magdalyn, " Strange world", "Celebration").
 
 
- SAM: Tu enregistres, mixes, produis et masterises tes albums, c'est pas trop lourd tout ça ?
 
- JIHEF: Mon métier, c'est ingénieur du son et c'est passionnant le son, autant que la musique
             qui n'est pas un métier, sauf pour un balochard qui fait 250 dates par an ou un
             zicos qui joue en tournée pour un(e) chanteur(se) connu(e) mais quel ennui ! Ces
             2 passions 'son et musique) sont, pour moi, complémentaires et indissociables.
             Mes compos me permettent de voyager très loin, en créant des mondes.
             J'enregistre seul l'interprétation de mes instruments et voix.
             Parfois, je m'associe sur un titre en co-compositeur, c'est intéressant.
             Il m'arrive assez rarement d'inviter un musicien pour apporter une autre approche.
             Cela dit, j'aime beaucoup jammer avec de bons musiciens, en impro sur scène !
             Mais je dois avouer ceci: c'est seul qu'on avance bien, sans attendre les autres.
             Pour moi, je suis le mieux placé pour faire tout ça et obtenir le résultat que je
              recherche, il n'y a pas à discuter, rien à défendre, plus de problème d'égo.
             La technique d'enregistrement est devenue hyper simple et grâce à cette
              transparence, je peux me concentrer sur l'interprétation pendant les prises.
             Le reste, c'est beaucoup de temps à travailler le son et le faire évoluer.
             C'est surtout une passion dévorante sans laquelle la vie serait un peu fade.


- SAM: Les solos de guitare sont hallucinants, le son est grandiose, quel est ton secret ?
 
- JIHEF: Je suis enfin satisfait du son de mes guitares et des solos, depuis 2003 seulement.
             J'ai enfin le truc pour les faire sonner comme je l'entends, tant sur le plan
               musical que sur le plan sonore, j'ai longtemps recherché cette qualité.
             J'enregistre mes guitares électriques avec mes banques de sons perso,
               (zoom G2.1u, Zoom G5n, vsti Guitar Rig) avec une très bonne qualité de prises
               de son, le reste, c'est une question de choix de notes (oreille) et de toucher bien
               senti (doigts, phrasés et feeling), avec ensuite une vraie oreille de technicien du son.
               Ecoutez l'abum Metamorphe, les titres: "Magdalyn", "Hike", "Metamorphe", "Le mur de Plank".


- SAM: Tu affiches une impertinence désopilante, quel est ton secret ?
 
- JIHEF: Je n'ai jamais la pute pour intégrer une maison de disques, une chaîne télé ou 
              radio commerciale. Je ne supporte pas non plus, les musiciens qui ne sont pas
               créatifs et qui restent sur leurs acquis,  ni les chanson à texte frenchouille avec
               un message à la con... donc je reste résolument instrumental, anti-commercial
               et créatif:  j'ai toujours pissé sur la merde mais en toute discrétion, je respecte
               trop les humains mais pas leurs manières !
             Pour moi, les hommes préhistoriques étaient bien plus évolués et intelligents que
               notre monde modern business, basé sur le profit au détriment de la santé et
               de l'intelligence humaine: rentabilité, marketing, consommation sont à bannir !
             Le problème, c'est l'énorme quantité de gens qui sont tellement dans ce moule de
               consommateurs aveugles, de travailleurs éduqués et conditionnés sans cervelle,
               c'est tellement mis en place, qu'il va être difficile et très long pour changer les
               consciences, à moins que des prophètes médiatiques tels que des preuves claires
               et évidentes nous soient révélées pour comprendre qu'industriels, politiciens, mafia
               et autres profiteurs sont main-dans-la-main pour s'enrichir en appauvrissant le
               reste du monde, tous en complices d'un génocide mondial, la 3e guerre mondiale.
             Les personnes les plus pauvres (les plus victimes) vont mourir en masse, délaissés.
             Les personnes de la classe moyenne (les plus esclaves) ne peuvent entendre ce
               message, leur cerveau est lobotomisé par une éducation et une acceptation bien
               acquises. Pourtant la gratuité complète sur Tout reste la seule issue à l'humanité.
             Le grain de sable dans la machine va bientôt révéler que la machine est obsolète.
               Il faut absolument revoir notre mode de vie, et c'est le seul message à passer !"
 

 
   
 
vision du batteur                      interview basse                               
 ACCUEIL