logo
 retour à ACCUEIL
   
 page suivante

  
analyse d'un mode

 

 
 
Analyser un mode: d'abord le comprendre, avant de l'utiliser


Prenons un exemple concret, unique, avec un mode assez tortueux, coloré et peu utilisé,

Do diminuée hepta mineur (degré II de la gamme Diminuée hepta Majeure),
au nom logique mais barbare...  auquel je préfère le nom de mode Neptunien
 
composé des notes   DO   REb   MIb    MI    FA#    SOL    SIb    DO
des intervalles           T       9b     3-      3       4+      5        7-      8
voici l'échelle                  1        2       1       2       1         3        2
tétracordes               -----diminué-------         -------neptunien-----


Voici les notes sur un piano, une basse et une guitare du mode Neptunien :

          mode Neptunien
         les chiffres 3 5 7 indiquent les cases sur le manche



Commençons par l'explorer sur l'instrument de votre choix, 
 - d'abord en montant la gamme  Do  Réb  Mib  Mi ...
 - puis en descendant ce mode depuis l'octave  Do  Sib  Sol  Fa#  Mi  Mib ...

La phase de mémorisation est importante,
 aussi bien dans la mémoire auditive des notes (à chanter pour mieux l'intégrer)
 que dans la mémoire gestuelle sur l'instrument,
 ... jusqu'à rendre la gamme fluide et musicale, en montée comme en descente.

Peu à peu (ou très vite), on s'imprègne des notes ou degrés qui, par les intervalles
 successifs, constituent son échelle et exprime une couleur particulière.
 
      DO   REb   MIb    MI    FA#   SOL    SIb    DO
           1       2       1       2       1         3       2        
intervalles en demi-tons
 
Le tétracorde diminué (121), en montant depuis la Tonique, vers la seconde bémol
 orientalisante, puis les deux tierces Eb et E (mineure et majeure) très bluesy,
 c'est très coloré ibérique, résolument oriental.
La montée se poursuit un ton (2) plus haut sur la quarte augmentée (4#) Fa#
 qui frotte avec la quinte juste, un demi-ton au-dessus (1).
On a jusque là, depuis Do, l'échelle d'une gamme diminuée demi-ton / ton
(symétrique)
 mais l'intervalle suivant de 3 demi-tons (3) en 7e mineure Si b saute/oublie la sixte
 pour se conclure (2) sur l'Octave Do (8).
 Cela génère un tétracorde neptunien (132) qu'on ressent mieux en descendant la
 gamme depuis l'octave Do Sib Sol Fa# délivrant une couleur pentatonique antique et
 indienne, contribuant à un équilibre harmonique étrange, rassurant, chaud et profond.

 


 
Avec du recul, on capte l'échelle à 8 degrés du mode Do diminué    1 2 1 2 1 2 1 2
 auquel on aurait oublié la sixte, ramenant à 7 degrés (hepta).

Même si le mode Neptunien est bien tortueux et plein de couleurs, car composé de
 plusieurs tensions bien dissonantes, sa rondeur orientale indienne le renforce d'un
 contraste profond, sans tomber dans les modes orientaux faciles ou plus connus,
 utilisés dans les semi-clichés des "1000 et une nuits".

On entend trop rarement ce mode, utilisé un peu dans les musiques expérimentales
 fusionnant avec le moyen-orient perse, antique, étrusque et pourquoi pas funky...
J'aurai bien vu ce mode utilisé dans le film d'aventure "Le prince de Perse".
La musique classique hispanique a du utiliser ce mode, particulièrement la communauté
 hispanique en Perse dans le passé, et en Iran plus récemment, si elle existe encore.

Il est inévitable de constater le lien avec les gammes Blues
 combinant les 2 tierces, la quinte et la 7- (7e de dominante),
 avec l'accord Do7 9#, hendrixien coloré d'une neuvième augmentée (ré#) = tierce mineure (mib)
 avec l'accord Do7 généré par le Do mixolydien (degré V de Sol Majeur),
 très précieux pour glisser, dans l'improvisation, des clins d’œil culturels, voire des citations.
 
Utiliser les gammes pentatoniques possibles (à lister) sur le mode Neptunien en ouvrant
 mélodiquement sur 1 ou 2 notes en mode hexa/hepta, puis combiner avec d'autres modes,
 comme sait le faire Scott Henderson
(guitariste de Tribal Tech) avec ses gammes diminuées.
 


 
Ce mode génère les accords suivants
:

  Do 7       Do 7 5b        Do 7 11#       Do 7 9#        Do 4#      Do min 7      Do - 7 9b

En explorant les accords sur ce mode, on trouvera d'autres accords possibles et des renversements.


Les musiciens passionnés pourront développer les accords générés par les 6 autres modes.
 


 
On pourra utiliser ce mode en improvisation jazz, jazz-fusion, jazz-world, fusion prog
et le combiner avec les modes suivants (entre autres) :
- Do diminué, gamme symétrique à 8 degrés (demi-ton / ton)
- Do phrygien, degré III de La Majeur
- Do phrygien espagnol, degré V de Sol mineur harmonique
- Do mixolydien, degré V de Sol Majeur, proche du blues avec C79#
- Do pentatoniques (à 5 degrés) > à choisir 5 notes sur les 7, exemple: C E F# G Bb
- et les gammes tétratoniques à 4 tons (celles d'Olivier Messiaen sont symétriques).
 



Voilà ce qu'on peut observer en fouillant un mode, un peu plus en profondeur.
Il est intéressant de constater : recommencer permet d'aller plus loin,
surtout dans la pratique, sur un instrument, pour aider l'oreille à intégrer le mode,
pour le restituer par des phrasés bien placés, sentis et personnels, au bon moment.

Pour les fans de progression plus rapide (pour bosseur motivé):
 
Des dizaines d'heures de pratique sur une gamme et ses modes permettent d'approfondir et
de créer des liens musicaux conscients (et inconscients), afin d'avancer vers une cohésion musicale
profonde, consentie avec aisance, équilibre et puissance, dans l'instant de l'improvisation pour plus
de musicalité personnelle.   Bossez à fond vos gammes, et si possible de façon personnelle !
 
Développez vos phrasés, allongez-les peu à peu, sur toutes les métriques (ex. 7/8, 12/8).
Utiliser les silences entre les phrases, faites les respirer, puis prendre de l'ampleur, du lyrisme.
Changez régulièrement de types de gammes et échelles, ne pas s'enfermer. Changer de tonalité.
La progression étant sans limite, ne vous emprisonnez pas dans les clichés (une sorte d'ivresse).
La technique se maîtrise mais on doit aussi se ré-inventer, se surprendre, développer l'expression
 de sa personnalité musicale, donc faire évoluer son oreille ainsi que son esprit musical.
Ce processus prend plusieurs années... et j'ai toujours soif d'apprendre !
 
Et si vous n'y arrivez pas seul, prenez 3 ou 4 cours particuliers avec un prof ouvert et bosseur.
Recommencez 1 an plus tard avec un autre prof exigent qui va cibler vos faiblesses.
 
Motivation soutenue / bosser régulier / exercices adaptés / persévérance / efficacité dans le travail
 sont les clés pour une transformation du musicien gauche "qui fait ce qu'il peut, même en forçant"
 en musicien tranquille qui assure confortablement, avec le son et plus réactif, plus à l'écoute.

 
 
Derniers points:


Le mode Do Neptunien
est le degré II de la gamme SIb diminuée hepta majeure (degré I).
C'est dire qu'il a 6 autres degrés ou modes à découvrir dans cette gamme,
en voici les 7 échelles, dont 3 (avec un nom) semblent plus facilement utilisables:

degré I       212 1 213   > SIb diminuée hepta majeur, un nom bien barbare, à rebaptiser
degré II     121 2 132   > Do diminuée hepta mineur ou DO Neptunien
degré III     212 1 321   > REb (pas de nom connu)
degré IV     121 3 212   > MIb (pas de nom connu)
degré V      213 2 121   > MI   (pas de nom connu)
degré VI     132 1 212   > FA# Mixolydien 11# 9b, un nom bien barbare, à rebaptiser
degré VII    321 2 121   > SOL (pas de nom connu)


Le nom des modes

Selon les différents points de vue, classique, jazz ou moderne, les noms de mode peuvent sembler
  parfois aberrants, comme ce prof qui s'indigne sur l'appellation "lydien dominant" pour le mode de
  Bartok, sans donner d'explication sur les couleurs de ce mode fabuleux.
C'est purement intello comme réaction, typique de quelqu'un qui n'est pas allé assez loin dans sa
  démarche. Il cherche à protéger ses acquis et reste peu ouvert à une connaissance plus grande,
  certainement par peur d'être dépassé, comme tous ces profs médiocres, si courants.
 
On peut baptiser un mode comme on veut, particulièrement les modes sans nom connu
 et ceux qui ont un nom barbare.
Le génial Allan Holdsworth baptisait à sa manière tous les modes qu'il construisait.
J'ai fait une liste de noms poétiques ou antiques pour (re)nommer les modes.

Voir l'origine des noms des modes antiques.


 
 
gammes
 page suivante
"synthèse sur les modes" par Jihef 
 

 

Jihef © dépôt légal 2008 - 31.10.2016 - MAJ 29.05.2021