logo
 retour à ACCUEIL
   
page suivante

  

Quelle est la Tonalité  et son armature           


 
Définir la TONALITE n'est pas toujours simple au début. C'est pourtant essentiel
pour une compréhension plus profonde de l'harmonie et de la musique.
 
Avec la partition sous les yeux, on regarde l'ARMATURE au début de la portée,
elle indique le Ton (Majeur) par un certain nombre de dièses # ou de bémols b.
 
Si il n'y a aucun dièse ou bémol, nous sommes en DO Majeur,       
à moins que l'armature ne soit pas indiquée pour diverses raisons.

 
Sur une portée, on indique les changements de tonalité ainsi (en noir) :      

Armatures et Tonalités
Le bécarre annule l'altération correspondante.

On peut trouver jusqu'à 7 dièses ou bémols à la clé (éviter de mélanger # et b).             


 

 
rappel de l'Armature
des 15 Tonalités (Majeures)
du manuel de conservatoire 
classique du 19e siècle
(Ut = Do) 
Armature ou Armure
 

Tableau des Tonalités et Armatures, synthèse minimaliste de l'harmonie tonale


    dièses    TONALITE  relatif min      bémols   TONALITE    rel.min.
0
DO Majeur
LA mineur
       
1 #
SOL Maj
MI min
 
1 b
FA Maj
RE min
2 #
RE Maj
SI min
 
2 b
SI b Maj
SOL min
3 #
LA Maj
FA # min
 
3 b
MI b Maj
DO min
4 #
MI Maj
DO # min
 
4 b
LA b Maj
FA min
5 #
SI Maj
SOL # min
 
5 b
RE b Maj
SI b min
6 #
FA # Maj
RE # min
 
6 b
SOL b Maj
MI b min
7 #
DO # Maj
LA # min
 
7 b
DO b Maj
LA b min
 


Réflexion à partir des observations sur les Tonalités Majeures

Dans la musique tonale (occidentale), on respecte tonalités et degrés selon les
  règles de l'harmonie (analyse, écriture portée) construites au cours des siècles.
Ce n'est pas par hasard si certaines tonalités (appellations) ne sont pas utilisées,
 par exemple, Ré #, Sol # ou LA # (même si parfois on peut pour raison intellectuelle).
 

En effet, comparons les Tonalités de Ré # et Mi b :
      en français:                                                      en notation internationale:
      Ré#  Mi#  Fa## Sol#  La#   Si#   Do## Ré#        D#   E#   F##   G#   A#   B##  C##   D#
      Mib   Fa    Sol     Lab   Sib    Do     Ré      Mib        Eb    F     G       Ab    Bb    C      D       Eb
 
En Ré # Majeur, on obtient 2 double-dièses (pour respecter les degrés) où Fa## équivaut à Sol.
En Mi b Maj, c'est bien plus clair, pour l'esprit et sur la partition (3b à la clé).

Oui, respectons les degrés diatoniques (changer de nom de note ou de lettre, pas 2 fois la même).
Cela peut sembler aberrant pour un néophyte qui dira "mais Ré# et Mib c'est pareil".
Victime du tempérament égal, nous sommes presque tous abusés par cette "injustesse",
 démontrant les limites de notre oreille occidentale, fière et naïve.
Fa## est bien la Tierce Majeure de Ré#, alors que Sol en est la Quarte diminuée.
Bien sur, 3 Maj et 4 diminuée vont sonner pareil sur un piano, mais pas sur un violon ou une flûte,
 ou tout autre instrument non-tempéré (sans barrette, vents, cuivres, chant) qui
 peuvent respecter les enharmoniques (1 coma de différence, soit 1/8 de ton, soit 11 cents).
 
L'accord d'Hendrix
Dans le blues, le rock, le jazz, un accord  Mi 7 9# mélange bien les "2 tierces",
 mais ce sera une Neuvième augmentée (9#) et non-pas une tierce mineure (Sol)
 car l'accord est bien Majeur : Sol# en tierce Majeure  et Fa## en neuvième dièse.
Cet accord est aussi appelé le Mi d'Hendrix, même Jimmy n'a fait que le redécouvrir
 car de nombreux compositeurs (Debussy) avaient déjà exploré cette tension
 générée par d'autres gammes, moins utilisées.

Il est essentiel pour le compositeur ou musicien de saisir les principes logiques de
 l'harmonie tonale (ce n'est pas la seule, d'autres concept harmoniques existent).
 Sa complexité et ses richesses demandent du temps pour son intégration musicale,
 intellectuelle et subconsciente, par une approche progressive vers la maîtrise de ses
 subtilités, notamment en improvisation et dans la création d'arrangements.
 

Quelle est la différence entre  Ré #  et  Mi b ?   D# et Eb ?

En réalité, elle est d'un coma (soit un neuvième de ton ou 11 centième de ton)
 et Ré# est plus haut d'un coma que Mi b de 11 cents,
 et Ré# est l' Enharmonique de Mib.

Rappels de bases des intervalles harmoniques:
L'intervalle C - C# est d'un demi-ton chromatique, soit 5 comas (même lettre).
L'intervalle C - Db est d'un demi-ton diatonique, soit 4 comas (change de lettre).
L'intervalle C - D   est d'un ton (9 comas) soit 1/2 ton chromatique + 1/2 ton diatonique.
Ceci a été démontré par le génial Pythagore, quatre siècles avant notre ère.
 

Une coma peut-il influencer la culture de notre planète ?

Ce coma d'écart entre D# et Eb a été désintégré par le tempérament égal de 12
 demi-tons égaux (de 4,5 comas) , depuis le 16e / 17e siècle puis remis en question
  maintes fois pour finalement s'imposer pour des raisons d'abord culturelles et
  artistiques, pour que tous les musiciens du monde puissent jouer ensemble,
  puis populaires (fin 18e et au 19e), à la recherche du succès (raison commerciale),
  et enfin industrielles au 20e siècle (chanson à 3 accords).
En fait, ce coma non respecté (par rapport aux harmoniques naturelles de la nature),
  est la source de la musique tonale et occidentale depuis le 16e siècle qui donna
  la musique classique, romantique ou impressionniste, le jazz, la variété et la suite.

 
Quel est l'intérêt d'utiliser le tempérament égal ?

En fait, toute notre culture musicale occidentale repose sur un tempérament égal
  injustement faux, par pas de demi-tons de 4,5 comas, complètement artificiels...
  une sorte d'autotune comploté par Mozart, Rameau et leurs potes.

L'avantage énorme du tempéremment égal reste de pouvoir passer par toutes les
  Tonalités possibles, de moduler à volonté (jazz moderne, contemporain, fusion).

Avec le Tempéremment EGAL, la musique TONALE devient possible (classique, jazz),
  avec ses accords, ses progressions, ses cadences, ses contre-points.
Sinon la musique peut être aussi Modale (musique simple, variétés, blues, world music),
  ou Atonale (contemporain, free-jazz), entr'autres.

L'autre avantage est de pouvoir facilement transposer une oeuvre (ex monter d'1 ton,
   ou baisser d'1 ton et demi) pour s'adapter à la tessiture du chanteur,
   ou sur une tonalité plus facile à jouer pour un saxophoniste en herbe.
 

Quelles sont les 12 gammes Majeures utiles ? (sur 21 cas possibles)

 Tonalité                 Altérations - Armature         enharmonique à éviter
DO
-
oublier Si #
b
5 bémols
éviter Do #  (7#)
RE
2 dièses
-
Mi b
3 bémols
éviter Ré #
MI
4 dièses
oublier Fa b
FA
1 bémol
oublier Mi #
Sol b
6 bémols
choix avec Fa #  (6#)
SOL
1 dièse
-
La b
4 bémols
éviter Sol #
LA
3 dièses
-
Si b
2 bémols
éviter La #
SI
5 dièses
éviter Do b  (7b)

 



Comment trouver la Tonalité d'une mélodie, grâce à l'oreille ?
 
Prenez une mélodie simple  (ou un passage mélodique d'une oeuvre simple).
 
Avec un instrument (piano, guitare, flûte), notez sur un papier la liste des notes utilisées
 dans la mélodie (même celles discrètes)     
ex:  Si  Sol  Do  Mi  Fa#  Sol  Ré  Si  Do  Sol.
Ecoutez les notes des instruments harmoniques, y en a t'il de nouvelles qui colorent ? les noter.
 
Vous avez les notes, classez-les par ordre croissant   ex:  Do Mi Fa# Sol Ré Si

Vous avez noté la présence de # ou b :  
> essayez en mettant toutes les altérations en #,      
ex:  Do Mi Fa# Sol Ré Si
> puis tout en bémol
.        ex:  Do MI Solb Sol Ré Si ... ouille, 2 Sol ça ne le fait pas !
> Choisir toujours la simplicité > le cas avec le moins d'altérations !
    ici dans notre exemple, la version avec 1 # s'impose > notre gamme est Sol Majeur.
 
Si vous avec les 7 notes, c'est simple, la gamme est diatonique (7 degrés).
Si vous en avez 6, il faudra déduire celle qui manque
(souvent la sixte).
Si vous en avez 5, c'est une pentatonique ! liée à une diatonique ? pas sur.
 
Pour le jazz, vous risquez d'obtenir 8, 9 ou 10 notes, certaines sont des modulations
passagères (les "notes out" ou "blue notes") qui ne font pas partie de la gamme.
Il faudra donc trier celles de la gamme concernée: ici, l'expérience est nécessaire.
Idem pour les changements de tonalité durables ou passagers.

Vous avez les notes, il faut trouver la quelle est la Tonique (la note racine).
A partir de cette Tonique, vous obtenez le Mode
(majeur, mineur, lydien, phrygien...).
A partir d'un des degrés du mode, vous en déduisez la Gamme
(parfois la même que le mode).

Quand ce mode colle à l'échelle Majeure (2212221), c'est la Gamme Majeure
 correspondante, la Tonalité
    > voir construction de la gamme Majeure ici

Quand ce mode colle à l'échelle mineure naturelle (2122122), c'est la Gamme
 relative mineure
correspondant à la Tonalité Majeure située 1 ton et demi au-dessus.


C'est la base de l'Analyse harmonique à partir des intervalles (entre les notes).
Avec le temps et l'expérience, il deviendra facile de déterminer la Tonalité et les modes
 utilisées dans un oeuvre.
La vitesse et la profondeur dépendra de la maîtrise du sujet.
Cet exercice est largement étudié en cours d'harmonie, aussi en Faculté de musicologie (2 ans).

 




Ordre des dièses, ordre des bémols
 (mémoriel)
 
La synthèse de cette page pourrait se symboliser par 2 mantras  (mes mantras à moi).

Les altérations apparaissent en étudiant les Tonalités par Cycle de Quintes et Cycle de Quartes.
Ces deux formules, je les ai apprises par cœur depuis la fin des 70, jamais je ne les ai oubliées.

Ainsi l' ordre des #   est   F C G D A E B     ou  Fa Do Sol Ré La Mi Si
 
  et l' ordre des b  reste   B E A D G C F     ou  Si Mi La Ré Sol Do Fa


Explication:

A partir de Do Majeur que je transpose une quinte au-dessus, soit SOL Majeur, je trouve un
  premier dièse Fa # (la septième Majeure). Transposé une quinte au-dessus, je passe en Ré
  Majeur (qui contient déjà F# en tierce Maj), je trouve aussi C# en septième Majeure.
 
F# est le premier # qui apparaît, ensuite C#, puis G#...
Bb est le premier b qui apparaît, ensuite Eb, puis Ab ...
 
et c'est dans cet ordre que s'inscrit l'Armature à la clé, "logique" dirait Sherlock Holmes.
 
A partir juste de ces 2 mantras mémorisés, je peux reconstruire par écrit la liste des Tonalités,
  avec leurs notes et altérations détaillées, ainsi que tous les tableaux de cette page, exercice
  mental Ö combien constructif, permettant d'intégrer consciemment et subconsciemment
  l'architecture de l'harmonie occidentale, avec ses proportions, ses liens et ses symboles.
  L'intégration opère en profondeur sur des décennies, sans fin, toujours évolutive.
 
C'est d'ailleurs en réalisant cet exercice par écrit que m'est venue l'idée de rédiger cette page
  web ... tiens, encore un "sans faute".




gammes


page suivante



Jihef © 22.08.2016 dépôt légal 07.11.2016->